Présentation de l'exposition par Marie Cozette, directrice de la Synagogue


Edith Dekyndt propose au centre d'art de la synagogue de Delme une nouvelle installation vidéo, en écho à l’architecture du lieu, qui se démarque tant par sa forme et sa géométrie, que par des qualités plus évanescentes, comme le son ou la lumière, rebondissant de multiples façons dans l’espace. Avec ce nouveau projet vidéo intitulé La Femme de Loth, Edith Dekyndt plonge son regard sous les eaux de la Mer Morte, qui devient un paysage sous-marin quasi-abstrait.


Les qualités physiques exceptionnelles de ce lac salé en font un sujet d’observation hors du commun : espace des profondeurs, d’apesanteur et de flottement, où la présence de sel rend toute forme de vie impossible. Edith Dekyndt filme le vide et l’absence supposée de ces eaux, dans lesquelles on discerne pourtant une infinie richesse de mouvements et de couleurs, dus aux variations de lumières.







© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Edith Dekyndt, La Femme de Loth

Le titre de l’exposition, La Femme de Loth, renvoie à un passage de la Genèse, dans lequel le patriarche Loth et sa famille fuient Sodome et Gomorrhe pendant la destruction des deux villes. Outrepassant le commandement de l’ange qui leur ordonne de ne pas se retourner, la femme de Loth est immédiatement transformée en statue de sel. Omniprésent, le sel donne forme à une série de dessins, également présentés dans l’exposition : il creuse le papier, le tord, l’abîme, et dans le même temps, il le dessine.


========================


La matière première des oeuvres d’Edith Dekyndt est aussi impalpable que la lumière, le vent, les ondes magnétiques ou le froid… L’artiste réalise depuis plusieurs années des oeuvres qui, selon ses termes, ne sont "ni spectaculaires, ni consommables".


Elle questionne la relation entre le monde des faits, la science et l’expérience d’une part, et une approche éminemment subjective du monde d’autre part, dans ce qu’elle nomme une « recherche universelle de subjectivité ». Ainsi, la perception immédiate des objets qu’elle nous soumet est mise en doute par la simplicité paradoxale des phénomènes naturels qu’elle enregistre.


L’artiste développe alors une critique implicite de l’objectivité scientifique et suggère que l’art est un champ de connaissance à part entière. En 2009, elle conçoit une exposition au Centre d’art Witte de With à Rotterdam qui s’intitule Agnosia. Si l’agnosie est une pathologie qui empêche l’esprit d’identifier les odeurs, les images ou les sons, le terme renvoie plus largement à la perte de connaissance, une forme de non-savoir. Il faut accepter de se dépouiller de ses présupposés rationnels pour aborder le travail d’Edith Dekyndt, lié à des phénomènes (presque) invisibles.


Exposition du 28 janvier au 30 avril 2011. La Synagogue de Delme, 33 rue Poincaré - 57580 Delme. Tél.: 03 87 01 43 42. Ouverture du mercredi au samedi de 14h à 18h, dimanche de 11h à 18h.

Enfin Eternal Landscape est le paysage presque immobile d’une rive de la Mer Morte. Filmé depuis la Jordanie, la caméra porte le regard vers les rives de Cisjordanie, puis au loin les villes de Bethléem et Jérusalem, rappelant ainsi que ces eaux et ces rivages sont traversées par une histoire millénaire, à la croisée de plusieurs religions, et aujourd’hui de trois entités politiques distinctes.


Edith Dekyndt, Eternal Landscape, 2010

Edith Dekyndt, Eternal Landscape, vidéo, 2010

Edith Dekyndt, Dead sea drawings, vidéo, 2010

Edith Dekyndt, Dead sea drawings, vidéo, 2010

Deux autres vidéos, tournées au même endroit, sont présentées dans l’exposition. Dans la première, Dead sea drawings, l’artiste filme la surface de l’eau, sous laquelle elle dispose une feuille de papier blanc. L’ombre des minéraux présents à la surface crée un dessin aléatoire, comme une variation infinie d’arabesques.


Edith Dekyndt, La Femme de Loth, vidéo, 2010

Edith Dekyndt, La Femme de Loth, vidéo, 2010

Archives expositions personnelles France

  Edith Dekyndt, La Femme de Loth
  La Synagogue, Delme
  28.01 - 30.04.2011

Archives expositions personnelles (D)