Communiqué de presse

Cette exposition s’inscrit dans la programmation hors les murs du FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, elle est réalisée en partenariat avec l’A.D.A.P.P. Intercommunale et permet de présenter au Centre Culturel Marcel Pagnol de Fos-sur-Mer les photographies de Monique Deregibus, artiste qui vit et travaille à Marseille.

Six des photographies exposées dans
I love you for ever Hiba ont été acquises en 2008 par le FRAC qui les présente ici pour la première fois. Ces photographies font partie d’un projet plus vaste, incluant la parution d’un livre éponyme aux éditions Filigranes dont la sortie est prévue prochainement ; ceci a toute son importance pour en comprendre le titre énigmatique. En effet, I love you for ever Hiba a été « prélevé » sur l’une des photographies qui donne à lire cette inscription au pied de la statue des martyrs, place des martyrs, au cœur de Beyrouth. Ce titre va désormais se proposer comme équivalence amoureuse au voyage libanais de l’été 2005, comme présence de ce qui toujours résistera aux turbulences du monde ; ainsi là où historiquement, avant 1975, le pouls de la ville battait à plein régime, (car cette place était le lieu privilégié des échanges portuaires et des croisements des populations du bassin méditerranéen et au-delà), la place des martyrs - suite à la guerre qui aura duré quinze ans - est désormais rasée, déserte, rendue à une solitude de vaste parking sans âme, insidieusement bordée par le Virgin mégastore et les quartiers chics relookés à grand renfort des capitaux du trust Solidere.

Si le travail de Monique Deregibus reste attaché à la rencontre avec des villes - pas n’importe lesquelles bien sûr - c’est parce qu’elle va toujours tenter d’y maintenir à vif une forme de violence en représentation qui aurait pour équivalence intime l’acte même de la photographie. Dans ce contexte particulier, le choix du titre de l’exposition (et du livre) fait en quelque sorte le pari impertinent de déjouer le destin tragique de la ville pour exposer en pleine lumière ce qui de l’amour, via sa geste héroïque, l’emporte et va pouvoir désormais hanter le territoire.

La série achetée par le Frac - qui restitue le mémorial du camp de Chatila dans Beyrouth, situé à quelques encablures du centre ville luxueux et reconstruit - fait donc partie d’un corpus d’ images bien plus large qui tente de multiplier « les points d’entrées photographiques » afin de rendre possible la production paradoxale d’une visibilité de la ville, et plus largement d’un pays aussi complexe que le Liban peut l’être.

Ici donc un espace silencieux presque abandonné aux détails qui le représentent encore : un tuyau d’ arrosage, un bidon, quelques épingles à linge sur un fil tendu dans un carré de jardin. Objets épars, traités comme des vestiges sans qualité, collectés sur fond de végétation rugueuse qui semble avoir résisté aux épreuves de l’Histoire ; métaphore d’une nature reprenant ses droits là où les principes fondamentaux des droits des hommes ont échoué de façon irrévocable ; plus loin, en contre point, un espace urbain en perpétuelle reconstruction grouillant de chantiers dans lesquels bétonnières, pelleteuses, bulldozers s’emploient à recouvrir le présent de la ville.










Exposition du 29 janvier au 18 avril 2009. Centre Culturel Marcel Pagnol, Quartier Le Mazet 13270 Fos-sur-Mer. Tél.:+33 (0)4 42 11 01 99. Ouverture le lundi de 8h30 à 12h30, du mardi au samedi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 22h, samedi et dimanche de 14h à 19h. Entrée libre.


© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Monique Derégibus, I love you for ever, Hiba Monique Deregibus, Chatila, Beyrouth, été 2005 (ensemble de 6 photographies) Monique Deregibus, Chatila, Beyrouth, été 2005 (ensemble de 6 photographies) Monique Deregibus, Chatila, Beyrouth, été 2005 (ensemble de 6 photographies)

Monique Deregibus, Chatila, Beyrouth, été 2005 (ensemble de 6 photographies)


"(Le travail de Monique Deregibus) s’apparente d’abord à un monde en processus, en archipel. Non pas un puzzle dont les pièces en s’adaptant reconstitueraient un tout, mais plutôt comme un mur de pierres libres, non cimentées où chaque élément vaut pour lui même et pourtant par rapport aux autres : isolats et relations flottantes, îles et entre-îles, points mobiles et lignes sinueuses, car la Vérité a toujours des "bords déchiquetés"... Jean-Pierre Rehm in Hôtel Europa, Filigranes éditions.

Vue de l'exposition de Monique Deregibus au Centre culturel Marcel Pagnol


Archives expositions personnelles France

  Monique Derégibus, I love you for ever, Hiba
  Centre Culturel Marcel Pagnol, Fos/Mer
  29.01 - 18.04.2009

Archives expositions personnelles (D)