Extraits du dossier de presse


Accueilli en résidence à l’Atelier de postproduction du Centre photographique d’Île-de-France à Pontault-Combault en 2005, Vincent Debanne y est maintenant invité pour sa première exposition personnelle d’envergure en Île-de-France. Elle est présentée sous le titre No Exaggeration.


Vincent Debanne appartient à une jeune génération de la création contemporaine qui se distingue par son usage du traitement numérique des images et leur minutieuse manipulation pour proposer un point de vue sur notre monde dans sa dimension économique, sociale et politique. No Exaggeration rassemble plusieurs séries de l’artiste réalisées depuis Station, développée durant sa résidence au CPIF, jusqu’à Battership, produite pour l’exposition.































 







La série Station amorcée par Vincent Debanne en 2005 et achevée en 2006 lors de sa résidence, joue sur des registres qui englobent les différents sens du terme station. Le principe est celui d’un photomontage réalisé en deux temps, de manière systématique : des portraits de voyageurs arrêtés dans leur trajet quotidien en quête de direction, associés à des paysages suburbains.


A travers sa série la plus récente, Battership – littéralement "Vaisseau de guerre" – la violence touche les ports de plaisance devenus le théâtre de batailles spectaculaires entre  de luxueux yachts baptisés de noms semblables à ceux d’opérations militaires.  "Les Naumachies sont des spectacles de combats navals que donnaient les empereurs romains dans des amphithéâtres ou des bassins d’eau douce creusés à cet effet. Il m’a semblé qu’on jouait aujourd’hui encore, chaque été, un jeu similaire dans les baies d’Antibes ou de Saint-Tropez, comme dans tous les lieux privilégiés du yachting mondial. Avec cette série Battleship, j’ai cherché à retranscrire cette impression de la manière la plus réaliste qui soit, c’est-à-dire spectaculaire." (Vincent Debanne)





Vincent Debanne, Battleship, 2011

© Vincent Debanne, Battleship, 2011

© Vincent Debanne, Station #CL-05, 2006

© Vincent Debanne, Station #CL-05, 2006

La série Incidents représente des édifices emblématiques et démonstratifs du pouvoir institutionnel en périphérie parisienne, dont le hiératisme est perturbé par des signes de destruction ou de chaos : murs criblés de balles, flammes, stigmates de guérillas ou de révoltes potentielles.








Dispositifs révèle pour sa part la contrainte exercée par l’ordonnancement des espaces destinés à gérer les flux aux abords des grandes architectures pourtant destinées au loisir, au spectacle. Les modifications, ajouts, trucages que Vincent Debanne apporte numériquement à la prise de vue "sur le motif" suggèrent l’intranquillité traversant le monde donné ici à observer.



© Vincent Debanne, Incidents / Dyptique #8, Hôtel de Ville de Créteil, 2009 © Vincent Debanne, Incidents / Dystope #7, Tribunal de grande instance de Créteil, 2009

De gauche à droite :
© Vincent Debanne, Incidents / Dyptique #8, Hôtel de Ville de Créteil, 2009
© Vincent Debanne, Incidents / Dystope #7, Tribunal de grande instance de Créteil, 2009

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

No Exaggeration est un énoncé facétieux, un manifeste paradoxal et l’annonce d’une marque de fabrique : Debanne use de manière caustique du pastiche, de la parodie, voire de la caricature, de grands genres picturaux pour mettre en évidence, à la façon des romans d’anticipation, une réalité violente, larvée.

Vincent Debanne, Dispositifs #PAR_PAN, "PARC", 2007

© Vincent Debanne, Dispositifs #PAR_PAN, "PARC", 2007

Exposition du 28 avril au 13 juillet 2012. Centre photographique d’Île-de-France, 107 avenue de la République – 77340 Pontault-Combault. Tél. : 01 70 05 49 82. Ouverture du mercredi au vendredi de 10h à 18h, samedi et dimanche de 14h à 18h. Entrée libre.


Vincent Debanne, No Exaggeration

Archives expositions personnelles France

  Vincent Debanne, No Exaggeration
   Le CPIF, Pontault-Combault
  28.04- 13.07.2012
 

Archives expositions personnelles (D)